Rideye. Une boîte noire pour vélos

Quand nous pensons à une boîte noire, nous pensons au contexte des avions ou des camions. Ces boîtes aparemment inviolables, dont presque personne n’a jamais vu l’intérieur et qui régistrent un grand nombre de données, servent à disposer d’informations suffisants lors d’un accident pour en déterminer les causes.

Or, Rideye nous présente la première boîte noire pour vélos. Elle a été fabriquée par Cedric Bosch suivant un grave accident qu’avait souffert un de ses amis et dont il avait été impossible de connaître les causes en raison de manque de preuves.

rideye

Rideye est essentiellement une boîte noire avec une caméra de vidéo de haute définition (1280 x 720) qui commence à filmer quand le cycliste appuye sur un bouton et ensuite sauvegarde le matériel de vidéo dans sa mémoire interne (il y en a de 8gb et de 16gb). Il y a même un kit d’une caméra en avant et d’une en arrière. Quand une collision est registrée, l’archive du vidéo est sauvegardé pour le protéger contre l’écriture. Si rien ne s’est passé, le vi´deo s’archive automatiquement et quand le mémoire est plein, les archives de vidéo les plus anciens sont supprimés. Ce enregistrement en vidéo permet de connaître des matricules et des modèles de véhicules, des panneaux de rue, des feux, des piétons qui croisent la rue, des obstacles etc…

  Blinkers : l'avenir des lumières pour cyclistes urbains

Tu aimerais ajouter quelque chose à cette histoire ? S’il te plaît, utilise la section « Commentaires »

1 Comment on Rideye. Une boîte noire pour vélos

  1. Pourquoi ne pas coupler la possibilité de faire une photo avec mémorisation du point GPS ? Ainsi, à chaque fois que le cycliste constate une entrave au code de la route qui met directement sa vie en danger (ex.: stationnement sur une piste cyclable, normalement contravention de 5ème Classe, 1500 euros pour nuisance à l’intégrité du domaine public, prescriptible seulement au bout d’un an), il ferait une photo. Puis de retour à la maison, il pourrait connecter son boîtier à internet qui transmettrait les infractions. Il aurait un retour du traitement des infraction transmises sous forme d’un don représentant 1% du montant collecté par l’Etat pour les infractions transmises. Ce don serait versé tous les mois et conditionné à l’achat de matériels et équipements pour la mobilité active. Cela permettrait de faire appliquer la loi pour assurer la sécurité de tous et cela tout en développant et favorisant les mobilités actives économes en infrastructures et en frais de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*